Tanzanie, la reine de l’ivoire condamnée - 20 Fév 2019

La justice tanzanienne a finalement condamné Yang Feng Glan à 15 ans de prison pour trafic d’ivoire. Surnommée la « reine de l’ivoire », elle a été reconnue coupable d’avoir organisé la vente de 860 défenses d’éléphants entre 2000 et 2014, avec comme corollaire tragique la mort d’environ 500 pachydermes. La cour a également ordonné que les biens de la criminelle soient saisis, la valeur de ce trafic étant estimée à 5,7 millions d’euros.

Cette femme d’affaires d’origine chinoise était arrivée en 1975 comme interprète pour l’entreprise construisant une ligne ferroviaire vers la Zambie (on dit d’ailleurs qu’à l’époque cette ligne de train fut payée en… défenses d’éléphants). Ancienne vice-présidente de la Chambre de commerce sino-africaine en Tanzanie, parlant couramment le swahili, elle sut donner le change pendant plusieurs années avant d’être arrêtée en 2015 grâce au travail de Wayne Lotter, ancien ranger sud-africain, qui a créé l’association PAMS, dédiée à la protection des animaux, et assassiné en 2017 par des braconniers.

Netflix a tourné "Ivory game" un documentaire saisissant sur le trafic d'ivoire.A regarder de toute urgence.

Selon la chaîne anglaise BBC, le braconnage lié au commerce de l’ivoire est à l’origine du déclin de 20 % de la population des éléphants d’Afrique au cours des dix dernières années.  L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), estime à 415 000 pachydermes sur l’ensemble du continent. En Tanzanie, la population aurait chuté de 60 %.

  

 Pour mémoire, en France, le commerce et la détention d’objets en ivoire ou en corne de rhinocéros sont interdits depuis 2016. Un arrêté du 4 mai 2017, distingue quatre régimes différents :

- Interdiction : sont interdits le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat des défenses brutes, morceaux d’ivoire brut, cornes brutes, morceaux ou poudre de corne ainsi que les ivoires et cornes travaillés datant d’après le 1er juillet 1975. En un mot : n’achetez jamais de souvenirs comportant de l’ivoire vendus ou non comme antiquités lors de vos safaris. Cela pourrez vous coûter cher de retour en France car les douanes sont vigilantes.

- Dérogation : sont autorisés, sous condition de dérogation, le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat d’objets fabriqués entre le 2 mars 1947 et 1er juillet 1975 et composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne de rhinocéros dès lors que la masse de la partie en ivoire ou en corne est supérieure à 200 grammes ;

- Déclaration : sont autorisés, sous condition de la déclaration préalable, le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat d’objets fabriqués avant le 1er mars 1947 composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne lorsque la proportion d’ivoire ou de corne est supérieure à 20 % du volume.

- Libre : sont libres le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat des items suivants :

1) objets fabriqués entre le 2 mars 1947 et 1er juillet 1975 composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne de rhinocéros dès lors que la masse de la partie en ivoire ou en corne est inférieure à 200 grammes ;

2) objets fabriqués avant le 1er mars 1947 composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne lorsque la proportion d’ivoire ou de corne est inférieure à 20 % du volume ;

3) touches et tirettes de jeux en ivoire des instruments de musique à clavier ainsi que, jusqu’au 4 février 2018, archets, objets de coutellerie et couverts de tables et objets de fumeurs fabriqués avant le 16 août 2016.

L’application de ces différents régimes implique une datation de l’ivoire ou de la corne dont l’arrêté précise qu’elle doit être établie par le détenteur, par tout moyen d’expertise et si nécessaire par radiodatation.

catégories